La pédagogie du jeu

Le jeu, tentative de définition

Dans l’encyclopédie Universalis, on peut lire, concernant le jeu :

« Qu’il soit individuel ou collectif, le jeu est une activité qui semble échapper, presque par définition, aux normes de la vie sociale telle qu’on l’entend généralement, puisque jouer c’est précisément se situer en dehors des contraintes qui régissent l’existence ordinaire. Mais, en même temps, il est évident que le jeu n’est pas sans rapport avec cette même vie sociale puisque, d’une part, il la parodie bien souvent et que, d’autre part, on peut aisément trouver dans les formes les moins rationnelles de toute culture des éléments de fantaisie qui donnent satisfaction à notre appétit de jeu. On peut alors se demander si l’esprit ludique n’est pas présent dans certains processus qui s’imposent à l’attention du sociologue, s’il ne lui en fournit pas l’explication, et si, inversement, le jeu n’est pas une sorte de déformation des productions culturelles. On pourrait même soutenir que tout dérive du jeu ou que tout peut devenir jeu. Seules des définitions et des classifications rigoureuses permettent de délimiter la part exacte du jeu dans l’intégration de l’individu à la société ; dans les institutions et les œuvres culturelles, et finalement dans le principe même de l’engagement social. »

 

Gilles Brougère nous donne une définition du jeu en cinq critères :

  • la fiction « réelle », faire semblant part toujours de la réalité. Le joueur s’y investit avec autant de sérieux que dans la réalité,
  • l’adhésion, il n’y a jeu que si le joueur le décide,
  • la règle, elle est indispensable pour la structuration du jeu,
  • la frivolité, il n’y a aucune conséquence sur la réalité, il invite à de nouvelles expériences dans lesquelles on n’a pas besoin de mesurer les risques qui freinent. On est force de proposition, plus créatif. On peut se surpasser. Il répare les failles ( voir l’enfant et le handicap),
  • l’incertitude, c’est le moteur du jeu. Le jeu n’est jamais deux fois pareil. On ne sait jamais à l’avance comment il va se dérouler et finir.

 

Pour Roger Caillois[1] , le jeu est une activité qui doit être :

  • libre : l’activité doit être choisie pour conserver son caractère ludique
  • séparée : circonscrite dans les limites d’espace et de temps
  • incertaine : l’issue n’est pas connue à l’avance
  • improductive : qui ne produit ni biens, ni richesses (même les jeux d’argent ne sont qu’un transfert de richesse)
  • réglée : elle est soumise à des règles qui suspendent les lois ordinaires
  • fictive : accompagnée d’une conscience fictive de la réalité seconde

[1] Callois R., Les jeux et les hommes, Gallimard, 1957

 

La pédagogie ludique

Est-ce que la pédagogie du ludique est un concept à part de la pédagogie classique et si oui, quels en sont les fondements et les croyances?

La pédagogie du ludique est en fait rien de moins que l’application d’une philosophie de vivre qui autorise l’individu à apprendre par tous les moyens possibles, et cela, à son rythme.

La pédagogie du ludique exige de celui qui la met en pratique une grande connaissance des apprentissages qu’il veut faire faire de un, puis de biens définir ses objectifs et là c’est le gros du problème.

L’apprentissage par le jeu peut devenir non pas un moyen pédagogique, mais une sorte de mélange, du je-m’en-foutisme si les objectifs ne sont pas bien définis!

Par contre bien compris il permet à l’enseignant d’observer le joueur et sa démarche et de lui apporter systématiquement des supports, des correctifs ou de l’aider. Il permet de plus de suivre l’apprenant et non de le devancer dans son apprentissage respectant sa phase de latence comprise entre l’appris et l’acquis.

La pédagogie du ludique comme vous le voyez est née des principes qui sous-tendent la majorité des pédagogies sauf qu’elle focalise UNIQUEMENT sur l’apprenant et son rythme.

Une fois cela dit il faut aussi comprendre qu’elle est un des moyens dans la valise de l’enseignant et qu’elle ne règlera pas tout. Apprendre ses tables de multiplication restera toujours fastidieux, on aura beau les réciter les pieds au plafond et la tête dans des coussins l’effort reste le même et le moyen de les apprendre est de les mémoriser!

La pédagogie du ludique comme tout autre forme de pédagogie à ses forces et ses limites. Elle convient à certains et peut déplaire à d’autres. Elle peut aider à mieux saisir certaines notions, certains concepts comme d’autres pédagogies peuvent le faire il lui faut par contre deux axes solides :

  1. un pédagogue voué à sa philosophie et qui comprend très bien les enjeux donc que cette façon d’aborder l’apprentissage. Cette pédagogie du ludique lui colle à la peau et sera présente dans toutes ses interventions.
  2. La pédagogie du ludique procède par détour, par de l’indirect c’est-à-dire que l’apprenant n’est pas ou peu conscient du but visé. Ainsi tout au long de son « jeu » aura-t-il droit à toutes les découvertes que le pédagogue aura mis en place et bien d’autres que même le pédagogue n’aura peut-être pas perçus puissent que le bagage de connaissance de l’élève n’est pas à ce point mesurable. L »élève vit dans divers milieu et chacun d’eux lui apporte des connaissances qu’on ne mesure pas nécessaire à l’école. Ce qui, pour l’apprenant lui donnera un plus large éventail de nouvelles connaissances structurées.

 

Si on en revient à la question, nous conclurons en soulignant que la pédagogie du ludique est une autre forme d’application de la PÉDAGOGIE avec un grand « P ». Elle a les mêmes intentions que la pédagogie seule son approche et ses méthodes différents pour atteindre et aider certains élèves plus fragiles ou plus résistants à l’une au l’autre des pédagogies conventionnelles.

(De Grandmont N., http://pdagogieetphilosophiedujeu.blogspot.com/2007, consulté le 14/11/09)

Apprendre par le jeu.. Le témoignage d’un enseignant qui utilise le jeu comme support de l’apprentissage

Un témoignage haut en couleurs, dynamique et joyeux sur la force du jeu dans l’apprentissage.


Comment le jeu façonne le cerveau ?

Les résultats des recherches les plus récentes montrent, contrairement à ce que les psychologues pensaient par le passé, que jouer librement est d’une importance capitale pour le développement cognitif et social.

Découvrez l’infographie proposée par le magazine « Cerveau & Psycho » (https://www.cerveauetpsycho.fr/sr/infographie/comment-le-jeu-faconne-le-cerveau-13048.php)

Et sa version PDF

Comment le jeu façonne le cerveau(1)

Les jeux de coopération

Les enjeux de la coopération

Le journaliste de l’Ufapec Michael Lontie vous propose une analyse approfondie des jeux coopératifs, tant de leur logique que de leur mise en place concrète. Il s’agit d’une ressource didactique très complète et accessible par rapport aux jeux coopératifs.

Lire le dossier : http://www.ufapec.be/nos-analyses/0112-jeux-cooperation/

Le dossier en PDF

Les jeux coopératifs

 

Belfedar – Coopérer ou mourir… de rire !

L’Université de Paix et la Fondation Evens ont créé le jeu de coopération Belfedar.

Pour en savoir plus sur le jeu Belfedar, aussi sur Belfedar.org (retrouvez-y notamment son guide d’animation pédagogique et des exemples de défis)
http://www.belfedar.org/index2.php?ident=13&lg=1

Vous pouvez découvrir le jeu via un powerpoint de présentation.

 

Favoriser la coopération par le jeu

Le n°334 Non-Violence Actualité propose plusieurs articles relatifs à l’apprentissage de la coopération par le jeu.
http://www.nonviolence-actualite.org/catalog/index.php?main_page=product_info&cPath=53_55&products_id=12258

« Les jeux coopératifs offrent aux joueurs un temps de rencontre et d’amusement. C’est un moyen pour eux de se découvrir dans leurs forces et leurs différences. Ceci se fait dans un cadre sécurisant, puisqu’il n’y a pas un vainqueur et des perdants ; tout le monde gagne ou perd ensemble.

L’échec n’est pas négatif, au contraire, il est utile à l’apprentissage puisqu’il donne des informations qui permettront de surmonter collectivement l’obstacle. Ainsi, à travers les jeux proposés, les participants sont invités à adopter une attitude propice à l’action collective, en recherchant la complémentarité de leurs actions. Chacun fait l’expérience du bénéfice partagé à aider, à demander de l’aide et à prendre des décisions en commun pour réussir la tâche ».


Zoom sur… le jeu numérique

Définitions : jeu numérique, jeu sérieux et ludification

Comme précisé par le portail national thématique Apprendre avec le jeu numérique est considérée comme jeu numérique une ressource s’appuyant sur un support numérique, « organisée autour de ressorts et de modalités ludiques, et susceptible de répondre à des intentions d’enseignement ».

Le jeu numérique intègre largement la notion de jeu sérieux (« serious game ») défini par Julien Alvarez, Damien Djaouti et Olivier Rampnoux comme un dispositif, numérique (aujourd’hui majoritaire) ou non, « dont l’intention initiale est de combiner, avec cohérence, à la fois des aspects utilitaires (« serious ») tels, de manière non exhaustive et non exclusive, l’enseignement, l’apprentissage, la communication, ou encore l’information, avec des ressorts ludiques issus du jeu, vidéoludique ou non (« game »).

De même, on estimera que le jeu numérique s’associe naturellement à la démarche de détournement (« serious gaming ») d’un jeu classique à des fins d’enseignement, selon deux modalités : détournement du jeu par les usages sans modification de l’artefact (« serious diverting ») et détournement par modification du dispositif (« serious modding ») au niveau de son design ou de son fonctionnement…

On s’intéressera dans ce cadre également au phénomène (numérique ou non) de ludification (« gamification ») qui consiste, à l’inverse du jeu sérieux, « à associer du jeu ou des mécaniques de jeu à des contextes ou objets qui en sont dépourvus à l’origine ». Enfin, il ne faudra pas non plus oublier une dernière dimension propre aux usages des jeux numériques pour l’apprentissage (JNA), pour reprendre l’expression privilégiée par Margarida Romero, à savoir la création de jeux numériques comme méthode d’apprentissage.

Les jeux d’évasion pédagogiques

Le jeu d’évasion (« escape game ») est une déclinaison physique grandeur nature du type de jeu vidéo d’aventure « escape the room » qui consiste à « enfermer » un petit groupe de personnes dans une pièce, dans laquelle sont dissimulés indices et énigmes à résoudre en temps limité pour pouvoir sortir. Sa transposition en contexte pédagogique, à des fins d’apprentissage, dénommée « serious escape game » (SEG) se développe depuis plusieurs années. Pour réussir son jeu d’évasion pédagogique, le site S’CAPE, espace de mutualisation de ressources, propose une série de 20 conseils ou points de vigilance permettant de dessiner les contours d’un tel parcours.

Source de cette partie : http://eduscol.education.fr/numerique/edunum-thematique/edunum-thematique_06


Petite sélection de jeux

Economie – Sciences économiques

Voici quelques exemples de jeux sérieux (nécessitant pour la plupart d’activer Adobe Flash) susceptibles d’être utilisés en Sciences économiques :

  • Mission Knut : jeu de simulation où l’élève joue le rôle d’un commissaire européen confronté à une catastrophe maritime. L’intérêt du jeu est de découvrir le fonctionnement des institutions européennes
  • €conomia : le jeu sur la politique monétaire. Proposé par la BCE depuis longtemps maintenant. L’objectif est de maintenir le taux d’inflation en-dessous de 2%
  • Top Floor, en route vers le sommet ! La mission est de rassembler sept notes d’information pour le Conseil des gouverneurs au Top Floor. C’est un jeu pédagogique qui explique le fonctionnement de la Banque centrale européenne (BCE), de l’Eurosystème et du Système européen de banques centrales (SEBC)
  • Inflation Island ,comment l’inflation affecte l’économie : on peut observer les réactions des personnages face à l’inflation et à la déflation et les changements du décor. On peut également tester ses connaissances et essayer de déceler les différents scénarios relatifs à l’inflation
  • Cap Odyssey : jeu de simulation d’une exploitation agricole : intéressant pour découvrir la PAC de 1950 à nos jours. Permet aussi d’aborder les notions de coûts de production, productivité…
  • 2020 Energie : l’objectif du jeu est de réduire la consommation d’énergie, accroitre l’efficacité énergétique et choisir les énergies renouvelables les plus adaptées.Calculateur d’empreinte écologique : outil de simulation qui permet de calculer son empreinte écologique
  • Clim’City : jeu de gestion inspiré de Simcity, mais ici consacré au développement durable
  • Le jeu de l’oie d’une loi : un jeu de L’oie pour comprendre les différentes étapes du vote d’une loi

Histoire – Géographie

Quelques pistes pédagogiques non exhaustives parmi les nombreuses propositions disponibles sur les sites académiques français :

Mathématiques

Dossier (PDF) sur « Les mathématiques par les jeux » – http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Maths_par_le_jeu/92/4/01-RA16_C3_C4_MATH_math_jeu_641924.pdf

MATH_math_jeu_641924

Un pearltress sur la pédagogie du jeu

Découvrez le pearltress de Speigne sur la pédagogie du jeu

Pédagogie du jeu, par speigne


La pédagogie du jeu : Ressources documentaires

Lettre Édu-Num Thématique N°06

La pédagogie par le jeu sous toutes ses formes : jeux sérieux, jeux d’évasion, ludification

Lien : http://eduscol.education.fr/numerique/edunum-thematique/edunum-thematique_06

 

Zotero éduscol

Cette collection consacrée au jeu contient une sélection de références de publications imprimées et numériques. La recherche au sein de ce réservoir évolutif s’effectue grâce au moteur de recherche interne (plein texte, par champ) ou par tag (mots clefs).

Lien : https://www.zotero.org/groups/485489/eduscol/items/collectionKey/CWHAQ53G

Jouer pour apprendre

La sélection de Cursus.edu : https://cursus.edu/liste-de-lecture/2139

Tagués avec : , ,
Un commentaire sur “La pédagogie du jeu
3 Pings/Trackback pour "La pédagogie du jeu"
  1. […] La pédagogie du jeu – PortailEduc. Dans l’encyclopédie Universalis, on peut lire, concernant le jeu : « Qu’il soit individuel ou collectif, le jeu est une activité qui semble échapper, presque par définition, aux normes de la vie sociale telle qu’on l’entend généralement, puisque jouer c’est précisément se situer en dehors des contraintes qui régissent l’existence ordinaire. Mais, en même temps, il est évident que le jeu n’est pas sans rapport avec cette même vie sociale puisque, d’une part, il la parodie bien souvent et que, d’autre part, on peut aisément trouver dans les formes les moins rationnelles de toute culture des éléments de fantaisie qui donnent satisfaction à notre appétit de jeu. […]

  2. […] Nipédu 44 : ludification…c’est pas du jeu ? Gamification – Qu’est-ce qui est fun ? Plus que pertinent d'user du serious game en classe. Jeux vidéo et compétences apprises rapidement. Des chercheurs de l’UQAM démontrent l’efficacité du jeu Slice Fractions – École branchée. La pédagogie du jeu – PortailEduc. […]

  3. […] La pédagogie du jeu – PortailEduc. Dans l’encyclopédie Universalis, on peut lire, concernant le jeu : « Qu’il soit individuel ou collectif, le jeu est une activité qui semble échapper, presque par définition, aux normes de la vie sociale telle qu’on l’entend généralement, puisque jouer c’est précisément se situer en dehors des contraintes qui régissent l’existence ordinaire. Mais, en même temps, il est évident que le jeu n’est pas sans rapport avec cette même vie sociale puisque, d’une part, il la parodie bien souvent et que, d’autre part, on peut aisément trouver dans les formes les moins rationnelles de toute culture des éléments de fantaisie qui donnent satisfaction à notre appétit de jeu. […]

Laisser un commentaire